blogit.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

télévison

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGIT

musique stars tv

Blog dans la catégorie :
Télévision

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

télévison

Biographie Raphael Haroche

Le 18/10/2006

 
Il faut généralement, dans le milieu si délicat de la chanson française, une sacrée dose de talent et beaucoup de maturité pour être reconnu à la fois par ses pairs et par le public.

Certains jeunes artistes font exception à la règle du temps et parviennent, dès leur premier ouvrage, à fédérer les auditeurs autour de leur habileté musicale et littéraire. Raphaël fait partie de ceux-ci: en l'espace d'un album, Hôtel de l'univers, il est passé du statut d'anonyme à celui de référence.

Sa gueule d'ange à la Saez, sa pop acidulée et sensible, son opportuniste association avec Jean-Louis Aubert pour un titre bien ficelé (Sur la route), ont contribué à l'installer définitivement parmi les stars de la chanson de demain.

Gueule d'ange

Né le 7 novembre 1975 près de Paris, à Boulogne-Billancourt, Raphaël Haroche est fils du monde. A mi-chemin entre la Russie natale de son père et l'Argentine de sa mère, il grandit en France, bercé par les cultures de ses parents.

De ses origines hispano-slaves, Raphaël tire toute sa richesse et son exotisme latents. Fils d'avocats, il grandit dans un milieu aisé, à l'abri du besoin, et peut s'investir pleinement dans ses premières passions, la musique, qu'il découvre sur le piano de ses parents, et la littérature, qui façonnera plus tard sa propre écriture.

Bowie

Enfant des "eighties", il tombe sous le charme des monuments anglo-saxons de la musique, Bowie en tête. Il se sépare alors du piano pour adopter la guitare, plus propice à l'épanouissement de ses goûts musicaux (Noir Désir, Dylan, Neil Young, Simon et Garfunkel, mais aussi Ferré ou Brel).

Naturellement curieux, Raphaël lit beaucoup et s'abreuve de littérature américaine, Burroughs ou Kerouac, Harrison ou Fante. Il écrit alors ses premières chansons, qu'il tente de mettre en musique. Parallèlement, son sens du savoir et de la culture le mène vers de sérieuses études.

Après le Bac, il s'inscrit en Fac de Droit après un bref passage par Hypokhâgne, où se côtoie la crème des étudiants francophones. Mais il sait déjà que sa vie est ailleurs, et que rien ne pourra l'éloigner de sa passion musicale.

Hôtel de l'univers

Il se consacre désormais exclusivement à la musique et travaille d'arrache-pied pendant trois ans à l'élaboration de ses premières chansons. Jusqu'au jour béni où il fait la connaissance de Caroline Manset, la fille du mystérieux et génial Gérard Manset, elle-même auteur et manager. Elle signera entre autres une participation remarquée sur le tant attendu Langage oublié de son père paru en 2004.

Grâce à ses encouragements et à la notoriété que lui apporte le nom de Manset, Raphaël décroche un premier contrat chez EMI et y enregistre son premier album, Hôtel de l'univers, en quatre mois. Caroline rentre en compte dans le succès de cet album puisqu'elle y écrit quatre titres et en supervise la production.

Sur la route

De suite remarqué par la critique, le jeune chanteur se lance sur les routes, pour faire ses preuves et partir à la rencontre du public. Il ouvre la scène à Vanessa Paradis, Jean-Louis Aubert ou encore au grand Bowie. Un baptême qui aura de riches conséquences pour le jeune homme de 26 ans puisqu'il est, d'une part, nominé aux Victoires de la Musique 2002, et que l'ex-chanteur de Téléphone accepte d'enregistrer avec lui un duo remarqué et remarquable, Sur la route.

Ce tube, dont le clip façon Take On Me des A-Ha, met en avant la ressemblance musicale et physique des deux artistes, précède de peu la sortie du deuxième opus de Raphaël, La réalité, le 22 avril 2003. Un album exceptionnel pour un chanteur de cet âge.

La réalité

Certes, Raphaël bénéficie de la participation non moins exceptionnelle de Manset lui-même, mais ce coup de pouce ne remet pas en cause les qualités d'écriture et de chant du jeune chanteur. La couleur musicale de La réalité est unique, entre chanson à texte et pop britannique. Pas étonnant si l'on y retrouve les musiciens de Talk Talk, Bowie, Portishead ou encore le jeune Albin de La Simone.

Les mois qui suivront La réalité sont consacrés à la scène et aux médias. On y découvre un jeune artiste sincère et sensible, qui fait déjà de nombreux adeptes dans toutes les générations d'auditeurs, même parmi les jeunes recrues de la Star Academy.

Son talent lui confère d'emblée le statut de star et de relève de la chanson française. Son écriture est simple, et parle à tous, d'amour de mort, des doutes de l'existence. Comme si le jeune homme, du haut de ses même pas trente ans, avait acquis une sagesse et une maturité exemplaires. C'est aussi ce qui fait son charme et l'attachement que l'on ressent à l'écoute de ses albums. Et qui nous donne envie d'en savoir plus, d'aller plus loin. Raphaël est un artiste en devenir, attachant et déjà hors du temps.

 

Raphaël Caravane

Le 18/10/2006

 
Est-ce que j'en ai les larmes aux yeux
Que nos mains ne tiennent plus ensemble
Moi aussi je tremble un peu
Est-ce que je ne vais plus attendre

Est-ce qu'on va reprendre la route,
Est-ce que nous sommes proches de la nuit
Est-ce que ce monde a le vertige
Est-ce qu'on sera un jour puni

Est-ce que je rampe comme un enfant
Est-ce que je n'ai plus de chemise
C'est le Bon Dieu camarade
C'est le Bon Dieu qui nous brise

Est-ce que rien ne peut s'oublier
Puisqu'il faut qu'il y ait une justice
Je suis né dans cette caravane
Et nous partons allez viens
Allez viens

Tu lu tu, tu lu tu...

Et parce que ma peau est la seule que j'ai
Que bientôt mes os seront dans le vent
Je suis né dans cette caravane
Et nous partons allez viens
Allez viens

Tu lu tu, tu lu tu...
Allez viens
Tu lu tu, tu lu tu...

 

Raphaël Et dans 150 ans

Le 18/10/2006

 
Et dans 150 ans, on s'en souviendra pas
De ta première ride, de nos mauvais choix,
De la vie qui nous baise, de tous ces marchands d'armes,
Des types qui votent les lois là bas au gouvernement,
De ce monde qui pousse, de ce monde qui crie,
Du temps qui avance, de la mélancolie,
La chaleur des baisers et cette pluie qui coule,
Et de l'amour blessé et de tout ce qu'on nous roule,
Alors souris.

Dans 150 ans, on s'en souviendra pas
De la vieillesse qui prend, de leurs signes de croix,
De l'enfant qui se meurt, des vallées du tiers monde,
Du salaud de chasseur qui descend la colombe,
De ce que t'étais belle, et des rives arrachées,
Des années sans sommeil, 100 millions de femmes et
Des portes qui se referment de t'avoir vue pleurer,
De la course solennelle qui condamne sans ciller,
Alors souris.

Et dans 150 ans, on n'y pensera même plus
A ce qu'on a aimé, à ce qu'on a perdu,
Allez vidons nos bières pour les voleurs des rues !
Finir tous dans la terre, mon dieu ! Quelle déconvenue.
Et regarde ces squelettes qui nous regardent de travers,
Et ne fais pas la tête, ne leur fais pas la guerre,
Il leur restera rien de nous, pas plus que d'eux,
J'en mettrais bien ma main à couper ou au feu,
Alors souris.

Et dans 150 ans, mon amour, toi et moi,
On sera doucement, dansant, 2 oiseaux sur la croix,
Dans ce bal des classés, encore je vois large,
P't'être qu'on sera repassés dans un très proche, un naufrage,
Mais y a rien d'autre à dire, je veux rien te faire croire,
Mon amour, mon amour, j'aurai le mal de toi,
Mais y a rien d'autre à dire, je veux rien te faire croire,
Mon amour, mon amour, j'aurai le mal de toi,
Mais que veux-tu ?...

 

Raphaël Les petits bateaux

Le 18/10/2006

 
Pourquoi le temps qui passe
nous dévisage et puis nous casse
pourquoi tu restes pas avec moi
pourquoi tu t'en vas
pourquoi la vie et les bateaux
qui vont sur l'eau ont-ils des ailes
pourquoi les avions s'envolent
bien plus haut que les oiseaux
pourquoi que les étoiles
sont-elles là-haut suspendues
pourquoi le ciel est si haut
pourquoi alors

Et un autre jour s'en va
tourne et tourne et ne s'arrête pas
et un autre jour s'en va
dans cette petite vie
je voudrais pas crever d'ennui

Regarde le vent emporte tout,
même ce qu'il y a de plus beau
et les sourires et les enfants
avec les petites bateaux
pourquoi même
les nuages veulent pas rester ici
si j'étais eux je marcherais vite
je ferais pas d'économies

Et un autre jour s'en va
tourne et tourne et ne s'arrête pas
et un autre jour s'en va
dans cette petite vie
je voudrais pas crever d'ennui

 

Raphaël Ne partons pas fachés

Le 18/10/2006

 
Bien sur qu'on a perdu la guerre, bien sur que je le reconnais
bien sur la vie nous mets le compte, bien la vie c'est une enclume
bien sur que j'aimerais bien te montrer qu'ailleurs on ferait pas que fuir
et bien sur j'ai pas les moyens et quand les poches sont vides alors allons rire

Ne partons pas fâchés, ça n'en vaut pas la peine

Bien sur que les montagnes sont belles, bien sur qu'il y a des vallées
Et les enfants sautent sur les mines, bien sur dans une autre vallée
Bien sur que les poissons ont froids à se traîner la dans la mer
Bien sur que j'ai encore en moi comme un veau avalé de travers

Ne partons pas fâchés, ça n'en vaut pas la peine tu sais

Bien sur j'ai la ville dans le ventre, bien sur j'ai vendu ma moto
bien sur je te trouve très jolie, j'ai vraiment envie de te sauter
bien sur la vie nous fait offense bien sur la vie nous fait misère
on ira aussi vite que le vent, même si on a bien souvent ramper

Ne partons pas fâchés, ça n'en vaut pas la peine tu sais

Nan nan nan
non non non non

Bien sur que je te trouve très belle, bien sur je t'emmènerai à la mer
y'a rien d'autre a faire qu'à se saouler, attendre le jugement dernier
Transplanter la haut dans le Ciel, y parait que c'est pas pareil !
y parait que la vie n'es jamais aussi belle que dans tes rêves que dans tes rêves

Et si l'on ne fait rien,
Ne partons pas fâchés, ça n'en vaut pas la peine
Y parait que les petits moineaux...
Petit petit petit petit